sans titre 1

 

Accueil | Annuaire | ArticlesGestalt thérapie | Outils thérapeutiques | Patients
Psy online | Professionnels de la relation d'aide |
Ressources humaines en entreprises
Travail en réseau |
Qui suis-je ? | Etudiants stagiaires | Sources | Liens | Contact

QU'EST-CE QUE LA GESTALT-THÉRAPIE ?
par Dominique Krischel


 

 

1) Concepts fondamentaux

 

La Gestalt-thérapie me semble reposer sur trois idées fortes : notre posture est dialogale, herméneutique et centrée sur le processus.

Ce trépied donne à la Gestalt son assise, son originalité et sa pertinence. 

a) un modèle dialogal 

Dans un livre publié en 1923, le philosophe Martin Buber  oppose deux couples de mots, qu'il appelle des "mots principes", Je-Tu et Je-Cela, et qui sont deux manières d'être au monde et surtout d'être en relation. Je ne développe ici que ce qui concerne la relation d'aide :

Le modèle médical nous propose une relation Je-Cela.
Le médecin (Je) observe la maladie (Cela) qui se manifeste par des symptômes.

Son art consiste à poser le bon diagnostic.
Ensuite, rédiger l'ordonnance est facile, du moins si le diagnostic est juste ; le médicament est alors chargé de combattre la maladie.

La seule responsabilité du malade est d'aller consulter, puis de suivre l'ordonnance.

La médecine traditionnelle est bâtie sur ce modèle scientifique.
Le médicament et le "microbe" tiennent le devant de la scène.

 

Dans la relation Je-Tu, deux êtres différents, un professionnel et un client, établissent un contact dialogal et c'est cette relation qui est soignante.

"Au commencement est la relation", écrit Buber.
Le symptôme est alors considéré comme un langage, comme un appel, comme une difficulté de relation qui empêche la personne de développer tout son potentiel.

Perls a été inspiré par cette idée forte qu'il a appliquée à la thérapie. Sa femme Laura a d'ailleurs été une élève de Buber à Vienne.

On parle alors d'une thérapie dialogale et c'est le trait d'union du Je-Tu qui est en lumière.

Ce modèle du Je-Tu est un idéal vers lequel nous tendons et qui se met en place progressivement.

En effet, notre société est imprégnée de modèle Je-Cela et un patient s'appuie sur ce fonctionnement en début de thérapie :

"Dites-moi ce que je dois faire ? ".

Nous devons donc nous adapter, entrer dans son attente, suffisamment mais pas trop, pour qu'une confiance s'établisse (ce que nous appelons "l'alliance thérapeutique") et que le modèle dialogal puisse s'établir. Cela prend du temps et peut passer par des périodes de fragilité. 

Paul, par exemple, est en thérapie individuelle avec moi depuis plus d'une année, lorsqu'il me demande de le tutoyer.

Je m'y essaye pendant quelques phrases, pour remarquer rapidement que, lui, continue spontanément à me vouvoyer.

Nous en parlons quelque peu et il se découvre une gigantesque colère contre les contraintes sociales dont il n'arrive pas à se libérer. 

L'alliance thérapeutique en Gestalt suppose que le client vive son thérapeute comme lui apportant de l'aide et du soutien (alliance affective), et que s'instaure un climat de coopération, c'est-à-dire que client et thérapeute aient le sentiment d'un travail en commun (alliance de travail).

Et, comme l'affirme Buber :
"Une fois passé le temps de la rencontre, l'homme n'en sort pas tel qu'il est entré". 

b) une démarche herméneutique 

Lorsque l'on m'interroge sur mon choix de la Gestalt par rapport à d'autres courants que j'ai pu expérimenter, je cite toujours ce qualificatif d'herméneutique comme fondateur de ma motivation.

Que veut dire ce mot ?

En grec ancien, herméneutique pourrait se traduire par "faire comprendre".

Il a été utilisé dans l'Encyclopédie de Diderot (1747) pour désigner l'art de découvrir le sens exact d'un texte .

L'herméneutique moderne insiste sur l'idée que l'étude d'un même texte peut apporter une multiplicité de sens et d'interprétations : c'est la polysémie.

La Gestalt est herméneutique car elle ne prétend pas donner une interprétation unique à un événement.

 

Nous revenons aux apports de Martin Buber : il n'y a pas un professionnel chargé de donner du sens aux matériaux apportés par le client.

C'est de la recherche dialogale que va surgir lentement la figure, c'est-à-dire la signification de ce que le client travaille en thérapie.

En début de séance, cette forme est ignorée des deux partenaires .

Elle apparaît peu à peu, comme les photos noir et blanc qu'adolescent, je plongeais dans le révélateur.

 

Le Gestaltiste est donc différent d'autres professionnels "supposés savoir" et dont les interprétations ont pour but d'aider le "patient" à mieux comprendre son cheminement.
Cette posture étonne souvent les nouveaux clients qui, par leurs questions un peu naïves

("Dites-moi ce que cela veut dire ? "), souhaitent que nous leur apportions un diagnostic et une solution toute faite à leur difficulté.

 

Perls aimait répéter que pour lui, toute interprétation est une faute thérapeutique, et qu'il est important d'attendre que la figure émerge par elle-même !

Lorsque j'explique cette notion fondamentale à des futurs professionnels, une question m'arrive toujours :

"Mais alors, ce même client aurait pu trouver, avec un autre thérapeute, un autre sens à sa difficulté ? ".

Ma réponse est positive et je trouve cela très rassurant : c'est la richesse de la polysémie

Ainsi, pour Paul, les interprétations auraient pu être multiples : s'agissait-il d'un transfert d'une autorité paternelle sur moi ?

du souvenir d'un traumatisme qui nécessitait ma mise à distance ?

Ma mise en lumière de cette colère contre les contraintes de la société l'a surpris autant que moi. 

c) une focalisation sur le processus 

Certaines formes de thérapie sont centrées sur le pourquoi et recherchent l'origine du traumatisme.

Ce sont des "thérapies de l'amont" : le cri primal ou le rebirth cherchent à retrouver le traumatisme supposé de la naissance, la thérapie reichienne dénoue les nuds de la cuirasse musculaire, pour retrouver la souffrance refoulée, inscrite dans le corps.

 

D'autres courants sont des "thérapies de l'aval" : en laissant de côté les origines de nos blocages, ces thérapies cherchent à libérer le comportement, à "déboucher la rivière" et "nettoyer les berges", pour lui permettre de couler plus librement.

Les thérapies comportementales utilisent cette stratégie.

En poursuivant la métaphore, la Gestalt est une "thérapie du courant" : ce qui est important est le débit de la rivière, c'est-à-dire le comment elle coule (calme, en crue, etc.), plutôt que le pourquoi.

Nous cherchons à remobiliser ce que l'histoire, l'éducation ou un traumatisme, a figé dans notre psychisme, comme un rocher dans la rivière.

Cette focalisation sur le processus (qui signifie progrès, marche en avant, en latin ), se retrouve dans le vocabulaire gestaltiste, dont j'aime les consonances dynamiques : la frontière-contact, une Gestalt inachevée, les ruptures du contact.

 

En termes de processus, la Gestalt-thérapie modifie l'axe du temps : la difficulté est regardée dans le cadre de l'ici et maintenant.

C'est là une idée forte, développée par Perls : il est impossible de revivre le traumatisme originel, qui a été modifié par le souvenir.

Ce qui est actuel, c'est que la personne vit depuis plusieurs années avec cette blessure ; l'émotion émerge dans le présent, même si elle s'enracine dans le passé.  

Lorsque Paul me parle de son père, je l'invite à ne plus "raconter son enfance", ce qu'il a déjà répété de multiples fois, mais à s'adresser directement à son père, en lui parlant au présent :
"Papa, je t'en veux car ..." 

Perls insiste également sur le "maintenant et comment" , pour mettre en lumière le processus en cours.

Il n'est pas indispensable de reconstituer en détail l'histoire du sujet, car c'est aujourd'hui que s'actualise le conflit, en particulier dans le corps et l'émotion.
En associant la phénoménologie, c'est-à-dire l'unicité de son expérience et l'ici et maintenant, le client découvre sa richesse existentielle. Quel mot expressif que ce "maintenant" !

Il vient de manu tenendo, c'est-à-dire "pendant que la main le tient" .

Le présent de ma vie, c'est ce sur quoi j'ai prise : mon passé est irrémédiablement vécu, mon inconscient est enfoui, mon futur est incertain.

 

Le Gestaltiste met l'accent sur la prise de conscience ; il ne nie pas les mécanismes inconscients, mais s'intéresse à la manière dont le sujet rejette certains éléments hors de sa conscience ou comment ces éléments viennent teinter sa vision du monde.

Le processus est plus significatif que le contenu spécifique du matériel refoulé. 

Ainsi, lorsque Paul s'adresse à son père, je suis attentif à ses mains qui se crispent, à sa voix qui s'altère, à sa respiration qui se bloque. 

2) Repères théoriques 

a) la théorie du self 

La vigilance du Gestalt-thérapeute au processus qui se déroule ici et maintenant est étayée par la théorie du self.

Le self est notre manière d'être au monde, notre "processus de contact en action".

C'est donc une entité impalpable, que l'on ne peut figer pour l'étudier.

Nous pouvons observer son intensité, le "comment" de nos échanges et notre capacité d'ajustement à notre environnement, la répétition de situations.

Ce sont les perturbations des fonctions du self qui sont l'objet de la thérapie.

 

Il n'y a pas d'organisme sans environnement : il est fondamental de comprendre le caractère indissociable de cette unité organisme-environnement, que nous appelons le champ.
La Gestalt étudie tous les phénomènes de contact qui se créent (ou ne se créent pas) dans ce champ.

 

Par exemple, le cycle du contact décrit les étapes que nous suivons généralement lorsque nous entrons en relation avec une personne, avec un besoin, avec une émotion.
Il s'agit du cycle de contact-retrait, c'est-à-dire de la manière dont un besoin émerge à notre conscience, se développe, trouve satisfaction puis s'estompe, pour laisser place à un nouveau besoin ; c'est du moins le déroulement idéal.

 

Le thérapeute est attentif au déroulement de ces étapes de satisfaction des besoins et en repère les blocages, les arrêts, les répétitions, les sauts.

Dans la pratique, de nombreuses figures de contact sont insatisfaisantes.

 

Le plus souvent, cette "Gestalt inachevée" est assimilable, car elle n'apporte pas de frustration intolérable.

Mais parfois une Gestalt avortée, c'est-à-dire un cycle dont nous n'avons pu vivre l'achèvement, reste comme une blessure ouverte et bloque notre énergie, nous empêchant de laisser libre cours à l'homéostasie, c'est-à-dire le retour à une forme d'équilibre.

 

C'est la répétition des perturbations du déroulement du cycle qui doit attirer notre attention. Perls définit le névrosé comme "une personne qui s'adonne d'une façon chronique à l'auto-interruption" .

 

Ce cycle du contact ne doit pas être étudié uniquement en termes de satisfaction de besoin, mais plutôt comme une manière d'être en interaction avec le monde, en particulier avec autrui.
Nous passons donc d'une approche intra-psychique, à une recherche inter-psychique qui prend en compte l'environnement : c'est à nouveau la théorie du champ.
Cette démarche dialogale et phénoménologique colore notre conception de la psychopathologie. 

Paul a tellement intégré que notre comportement social doit répondre à des normes et à des règles de bienséance qu'il est en difficulté dans ses relations affectives.
C'est tout juste s'il ne me demande pas "ce qu'il faut faire", en particulier avec les femmes.

Ses partenaires féminines le trouvent trop rigide et se lassent.
C'est en revivant, en séance de thérapie, chacune de ces rencontres, en développant sa créativité, en osant être avec moi plus spontané, que Paul a dépassé peu à peu ses inhibitions.

Après une année de travail en individuel, il décide de continuer en groupe, ce qui lui permet de continuer son travail sur l'acceptation des autres. 

b) la psychopathologie gestaltiste 

La conception de la santé et de la pathologie gestaltiste me semble foncièrement phénoménologique , à savoir que ce n'est pas la vérité de ma situation qui est importante, mais l'écho en moi de cette situation.

C'est ma prise de conscience d'un événement qui lui donne du sens ; je ne découvre pas le monde, mais mon monde.

La notion de bonne santé est à la fois physique, psychologique et culturelle. La psychopathologie gestaltiste n'est pas uniquement "nosologique", c'est-à-dire orientée vers le repérage d'une maladie ou d'un symptôme, mais relationnelle, temporelle et contextuelle, comme je vais tenter de l'expliquer :

 

relationnelle car un individu n'est jamais porteur d'une souffrance à lui tout seul. Cette souffrance apparaît dans un certain type de rapport avec autrui.

 

temporelle et contextuelle, c'est-à-dire que notre manière d'être au monde varie selon le moment et selon l'environnement.

Cette vision de l'homme est fidèle à la notion de champ.
Nous regardons donc la psychopathologie comme une rigidité qui bloque le processus de croissance et d'adaptation à un environnement en perpétuelle mutation.

 

Cette conception donne au thérapeute plusieurs obligations : une thérapie personnelle approfondie, afin d'avoir "visité" ses propres zones d'ombre et de lumière, une formation solide pour acquérir des repères théoriques, une supervision régulière auprès d'un pair plus expérimenté, afin de "déblayer régulièrement" ce qui lui appartient et pourrait encombrer la relation, et enfin l'adhésion à un code de déontologie solide, garant du cadre de la thérapie.  

3) QU'EST-CE QUE LA GESTALT-THÉRAPIE ? un travail en trois temps 

Il est réducteur de schématiser une séance de Gestalt-thérapie, surtout après avoir insisté sur les aspects dialogal et phénoménologique de cette approche. Je prends néanmoins ce risque

 

La Gestalt développe donc une stratégie expérientielle .

Dans une séance "type", que ce soit en individuel ou en groupe, nous pouvons le plus souvent repérer trois temps :

Le client apporte soit une difficulté soit une sensation présente ; le thérapeute l'aide à s'impliquer (posture existentielle de liberté et de responsabilité)

et à se focaliser sur son ressenti dans l'ici et maintenant (awareness ).
Par ses qualités d'écoute et d'ouverture du cur, le thérapeute cherche à établir l'alliance thérapeutique, inscrite dans une relation
Je-Tu
.

 

A partir de ce qui émerge (en terme gestaltiste nous disons qu'une figure se détache du fond), il est possible de bâtir une expérimentation, dans le but de développer la créativité, de découvrir un éclairage nouveau sur la difficulté travaillée, de retrouver une émotion enfouie ; cette expérimentation invite le client à changer ses "habitudes de contact" avec l'environnement.

Cette démarche est herméneutique, c'est-à-dire que personne ne connaît d'avance la figure qui émergera de cette mise en situation.

 

Le thérapeute est alors souvent un "obstétricien de l'émotion" : les sentiments sont là, cachés ; ils ne demandent qu'à sortir, recouvrer leur liberté ; mais il ne faut pas que la "mise au monde" soit trop brutale, sous peine de déchirures : il faut laisser du temps au temps. La précipitation est une faute classique du professionnel débutant.

 

La troisième étape est celle de l'assimilation, c'est-à-dire la création de liens entre ce qui vient de se vivre dans le cadre protégé d'une séance et les réalités du monde extérieur, qui n'a pas forcément évolué. Ce temps d'assimilation se prolonge en dehors de la séance et donne à la thérapie un fil conducteur, celui de l'évolution vers une plus grande liberté. Le thérapeute résiste à la demande éventuelle du client (et à son propre besoin) de "prendre en charge", de proposer ses propres solutions. 

4) les champs d'application  

Issue des grandes questions phénoménologiques et existentialistes européennes, la Gestalt a traversé l'Atlantique avec Fritz et Laura Perls pour s'enrichir du pragmatisme américain.

Elle s'est maintenant fortement implantée en Europe et en France : de nombreux européens sont à la pointe de l'évolution de la Gestalt contemporaine.

 

La Gestalt est aujourd'hui un des courants majeurs de la psychothérapie humaniste et existentielle.

Elle a également imprégné la pratique de nombreux thérapeutes qui ont intégré certains concepts ou certaines expérimentations, sans se référer spécifiquement à cette approche.

 

Mais peu à peu deux grands courants se dessinent :

les uns veulent rester fidèles aux textes fondateurs du livre princeps, en particulier à la théorie du self. Ils ne reconnaissent que la Gestalt-thérapie proprement dite.

d'autres souhaitent élargir les domaines d'application de cette approche et l'utilisent également dans les institutions ou les entreprises. Ils développent donc la Gestalt, présentée comme un art du contact, une philosophie de vie, ainsi que la Gestalt-thérapie, avec son cadre d'intervention spécifique.

 

C'est dans cette mouvance que se situe l'école Parisienne de Gestalt (EPG).

 

La Gestalt a largement dépassé le champ de la psychothérapie, qu'elle soit individuelle ou de groupe. Elle est, par exemple, bien adaptée à un travail social et ce mot allemand, malgré sa consonance difficile dans notre langue, occupe peu à peu une place dans le vocabulaire psychosociologique.

En effet, en n'instaurant pas le transfert comme moteur principal de la cure, en plaçant le rétablissement des fonctions de contact comme axe de travail, le Gestaltiste peut être un vecteur de changement dans notre monde en mutation permanente.

 

Elle est utilisée :

- en psychothérapie individuelle, en thérapie familiale et de couple, en groupe thérapeutique ;

- au sein d'institutions sanitaires, sociales et éducatives, comme outil d'intervention ou de supervision ;

- dans le champ des entreprises en coaching, gestion de conflits ou de stress, cohésion d'équipe.

5) Cinquante années d'évolution  

La Gestalt-thérapie fête son demi-siècle d'existence.
Elle est née dans un contexte d'après-guerre, de baby-boom, de relance économique.

Elle a développé un paradigme de croissance illimitée : l'organisme trouve ce qui est bon pour lui dans l'environnement grâce à ses facultés d'ajustement créateur, et l'achèvement des Gestalt est une source de croissance.

L'objectif de la thérapie est d'assouplir le déroulement des cycles et de remettre en mouvement les Gestalt inachevées.

 

La philosophie libertaire des années postsoixanthuitardes a amplifié cette croyance : Perls, dans une perspective rousseauiste affirmant que le monde est bon, présupposait que tout besoin peut être satisfait et qu'il est source de croissance. C'est l'expansion ou la mort !

Les psychothérapeutes actuels uvrent dans un contexte bien différent : les difficultés économiques et la disparition de repères sociaux ou parentaux ont modifié la donne.
La Gestalt a suivi cette mutation : au lieu de détruire les blocages, il s'agit souvent d'aider le client à se structurer, à trouver des repères et des limites dans un monde en perpétuelle mutation.

 

"Remâcher les introjections" pour s'en libérer a été remplacé par "développer l'ajustement créateur" pour survivre.

 Les Gestaltistes ont donc mis eux-mêmes en application ce qu'ils prônent pour leurs clients, à savoir, changer, évoluer, chercher des réponses dans l'environnement social, bref ne pas rester dans une "tour d'ivoire". Ils sont acteurs de leur existence.

C'est probablement à tous ces possibles que Perls pensait en disant : "La Gestalt est trop bonne pour n'être réservée qu'à des malades ! "


Accueil | Annuaire | ArticlesGestalt thérapie | Outils thérapeutiques | Patients
Psy online | Professionnels de la relation d'aide | Ressources humaines en entreprises |
Travail en réseau | Qui suis-je ? | Etudiants stagiaires | Sources | Liens | Contact